Vouloir réaliser ses rêves n’est pas irresponsable

Rêve : Représentation, plus ou moins idéale ou chimérique, de ce qu’on veut réaliser, de ce qu’on désire.

Irresponsabilité : Caractère de quelqu’un qui agît à la légère.

Prenons-nous nos rêves à la légère ? A en croire les discours qui nous entourent et surtout en grandissant,  il semblerait que oui.  « Passe d’abord ton bac », « ça n’arrive qu’aux autres », « tu as de bonnes notes, va en prépa », « il n’y a aucun débouchés » ou le fameux « je ne sais pas ce que je veux faire »… Nous avons tellement été conditionnés par la rationalité et la sécurité que nous avons appris à refouler nos rêves et intériorisé l’interdit de voir grand. Alors non, aujourd’hui faisons le pari que ce n’est pas irresponsable de les réaliser, peu importe le rêve qui nous anime.

 Dans la tête, le rêve est sans limite

Avoir des rêves est très personnel. C’est une idée présente dans la tête de chacun et seulement dans la tête. Le rêve ne concerne que celui qui donne l’opportunité à la dite « idée » d’exister dans un coin de sa tête, d’être alimentée et de grandir. Tant qu’il n’est pas révélé, le rêve peut être extraordinaire. Il est personnel, sans limite de peur, de crainte face aux réactions extérieures ou face aux carcans sociaux, financiers et familiaux. C’est une fois qu’il est exposé au grand jour que cela devient compliqué. Déjà, un rêve annoncé est souvent minimisé pour mettre en confiance ceux à qui on le confit. Il est un peu timide pour être certain de ne pas faire peur, parce que si l’auditoire a peur, l’intéressé prend peur et se rétracte, revient sur ses idées qui semblaient pourtant parfaitement claires dans son esprit.

Pour réussir à dévoiler intégralement son rêve, pas sans peur mais sans l’inquiétude de la réception qu’il peut recevoir, il faut trouver un mentor. Qu’il soit physique ou non. Personnellement, c’est la musique qui m’anime. Quand je l’écoute, je rêve, elle me transporte, et me donne l’énergie de pousser mon imagination et ma volonté. C’est le premier moteur qui permet à mes rêves de prendre forme, de se développer, de grandir et de se construire. La deuxième étape, et pas des moindres, c’est de trouver son mentor physique afin d’oser. J’ai une personne qui, a chaque rencontre, me redonne toute la force dont j’ai besoin pour surmonter les craintes face à mes envies, face à mes rêves. Les angoisses disparaissent pour faire place à l’opiniâtreté, au courage, la volonté et le dépassement de moi-même. Trouver son mentor c’est se donner l’opportunité de faire de ses rêves une action responsable pour son bien-être et celui du monde qui nous entoure.

Après ça, il ne reste plus qu’a travailler, dur, très dur, avec détermination sans jamais oublier d’où l’on vient et on l’on va. Il faut fixer son objectif, le regarder droit dans les yeux, et l’atteindre. Peu importe le temps que ça peut prendre, peu importe les difficultés croisées, les peurs, les craintes, les moqueries, les pics et les déceptions.

Etre irresponsable, c’est laisser la monotonie et les angoisses prendre le dessus

Faire de son rêve une irresponsabilité, c’est ne pas l’accomplir. Un rêve qui devient réalité ne peut pas être irresponsable, il est justement étudié, pris avec ses difficultés, ses tords, ses revers, ses conséquences.  En développant le rêve qui nous anime, on le découvre, on le façonne comme une pierre brute qu’on souhaiterait transformer en  bijou. Aucun rêve n’est absurde, innocent, sourd. Le plus important, c’est qu’il résonne dans le cœur et dans les tripes. Un comportement irresponsable c’est un comportement sans faute, sans débordement, sans prise de responsabilité. Responsabilité rime avec prise de décision, avec engagement, création et réalisation.

Rester dans son canapé, sans projection, sans imagination d’avenir, sans projet qui porte ni raison particulière de se lever, c’est être irresponsable et laisser la monotonie, les craintes et les angoisses prendre le dessus. Ce n’est sûrement pas toujours une question de facilité, mais merde, lève-toi et bat-toi pour les valeurs que tu souhaites transmettre, pour les paysages que tu souhaites découvrir, pour les formules mathématiques que tu souhaites comprendre, les droits de l’Homme, la scolarité, la planète, pour créer ton entreprise, ton association, ton film, pour te lancer dans la fabrication de confitures, de fromages, de maisons ou de piscines, pour élever tes enfants, soigner les animaux … Peu importe la raison pour laquelle tu te lèves, lève-toi et fais. C’est ça être responsable.

Etre irresponsable, c’est céder à l’autocensure et aux sirènes de la peur. Etre responsable c’est rêver et mettre en application. La vie est courte et c’est à toi de te prendre par la main pour en tirer le meilleur, pour pouvoir partir en paix, épanoui, réjoui, sans regrets ni rancunes.

Eléonore Pascolini et Charlotte Scapin